Enquêtes épidémiologiques sur la santé des étudiants de Sorbonne Universités

Qu’attendent les étudiants de Sorbonne Universités de leur service de médecine préventive ?

Target Market

 

Auteurs : M. Luc Vétois, psychologue clinicien au SIUMPPS Sorbonne Universités, et Mme Sophie Roidot, assistance sociale du CROUS à l’université Paris Sorbonne (Paris IV)

Date de réalisation : mars à juin 2014
Nombre de participants : 812 étudiant(e)s dont 310 de Paris 2, 264 de Paris IV et 238 de l’UPMC
Sites universitaires : Paris 2 (Assas, Vaugirard, Melun), Paris IV (Malesherbes, Sorbonne, Clignancourt), UPMC (Jussieu, La Pitié Salpêtrière, Saint Antoine).
Financement : IDEX Sorbonne Universités groupe Campus Santé

Questions posées :
1/ Indiquez trois thèmes, trois mots ou trois idées qui peuvent être associés à la santé.
2/ Qu’est-ce qui, aujourd’hui, pourrait faciliter, améliorer, rendre plus aisée votre condition d’étudiant ?
3/ La médecine préventive universitaire vous paraît-elle avoir un rôle à jouer dans ce qui pourrait faciliter, améliorer, rendre plus aisée votre condition d’étudiant?
4/ Sur quels thèmes ou activités souhaiteriez-vous que la médecine préventive universitaire oriente son action ?

Analyse complète du sondage : Qu’attendent les étudiants de Sorbonne Universités de leur service de médecine préventive ?

logo ishare
ishare animé
Une vaste étude a été lancée, ces derniers mois

par un collectif de chercheurs de l’université de Bordeaux et de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines sur la santé des étudiants. Cette étude, i-Share, a pour but de suivre, à terme, 30 000 étudiants sur plusieurs années.

En effet, mieux connaître la santé des étudiants c’est aussi pouvoir mieux appréhender les différents maux qui peuvent perturber cette tranche d’âge et donc mettre en place des mesures de prévention plus adaptées en vu d’améliorer leur santé.
Motivé par le manque d’étude de grande envergure sur la population étudiante, l’étude i-Share s’investit dans 4 domaines principaux de recherche :

  • La migraine
  • Les infections sexuellement transmissibles
  • Les conduites à risques et accidents
  • La santé mentale

Sans oublier l’objectif premier de recherche sur la santé et le sérieux qui s’impose, l’étude se veut originale, attractive et ludique pour les participants.
Pour cela, elle s’est largement basée sur les nouvelles technologies : questionnaires en ligne, utilisation des technologies mobiles, mais aussi rencontres, visites médicales…
Tout ceci dans le plus strict respect de la confidentialité des participants. i-Share n’a rien laissé au hasard ! C’est grâce à vous, étudiants, et à votre participation à l’étude i-Share, qu’ensemble, vous faites avancer la recherche et que vous permettrez d’améliorer la condition des étudiants.
Pour en savoir plus ou rejoindre l’étude i-Share : www.i-share.fr
Chacun a ses raisons pour participer à i-Share. Et elles sont nombreuses. Vous pouvez par exemple ressentir une certaine fierté (légitime !) à contribuer à une étude de cette ampleur, unique au monde. Surtout si cette étude est portée par votre Université et qu’elle se déroule sur votre campus.
Vous pouvez également vous dire qu’enfin on s’intéresse à vous, étudiants, qui comme chacun le sait, éprouvez de réelles difficultés d’accès aux soins.

Participer à i-Share, c’est aussi vivre une aventure collective qui a du sens. Du sens parce qu’en participant à i-Share, vous permettez de dresser une photographie de l’état de santé des étudiants et vous contribuez à faire progresser les connaissances sur des maladies susceptibles d’impacter votre qualité de vie et votre santé future.

La plus grande étude jamais réalisée sur la santé des étudiants se déroule sur votre campus. Pour réussir, elle a besoin de votre participation. Rejoignez-nous sur i-Share.fr

campusfrance

La question d’avenir : sur la mobilité étudiante à travers le monde

Les chiffres clés sur les étudiants étrangers dans les universités françaises par Campus France. L’enquête porte aussi sur les autres grands pays de destination pour les étudiants (la France est au 7e rang) et l’origine géographique de ces étudiants. Un chapitre entier est consacré à Erasmus.Brochure campusfrance chiffres cles n°6 – 2011

Observatoire de la Vie Étudiante

Modes de vie des étudiants en France

Les enquêtes de l’Observatoire sur la Vie Étudiante (OVE) portent sur les conditions de vie des étudiants en France : logement, budgets, jobs, pratiques culturelles, consultations médicales, conduites à risque. L’OVE s’intéresse aussi à l’organisation de leurs études, aux stages à l’étranger, leurs engagements associatifs… Une multitude d’informations sur ce site.

Enquête Épice sur la Contraception, prévention des IST et IVG chez les étudiants de l’UPMC et de Paris 7 (2007)

Les enquêtes menées récemment sur la santé des étudiant-e-s en France présentent un tableau parfois préoccupant de leur état de santé, leur accès aux soins et leurs comportements vis à vis de certaines pratiques à risque. Dans le domaine de la santé reproductive et sexuelle notamment, la population étudiante semble confrontée à des risques sanitaires spécifiques liés à leur âge et à leur mode de vie. Or, on connaît mal leur situation réelle en matière de contraception et de prévention des IST.

– RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE EPICE Université Paris Diderot – Paris 7, UPMC (Université Pierre et Marie Curie) – résumé.pdf

– RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE EPICE Université Paris Diderot – Paris 7, UPMC (Université Pierre et Marie Curie) – complet.pdf

Enquête Épice sur la Contraception, prévention des IST et IVG chez les étudiants de l'UPMC et de Paris 7 (2007)

Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6

Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6

Cette enquête a pour but d’évaluer le comportement alimentaire des étudiants de Sorbonne Universités en cycle Licence, donc pendant les 3 premières années universitaires. Le SIUMPPS (Service Inter-Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé) de Sorbonne Universités, regroupe depuis la rentrée universitaire 2010 les universités Paris 2, 4 et 6. Cette étude est également un outil permettant de comparer les étudiants des 3 universités sur leurs habitudes alimentaires et de mettre en évidence d’éventuelles disparités.

-Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6 – Stéphanie LABOJKA 16/05/2012.pdf